Des dessertes ferroviaires optimales pour une future lgv sea performante

Avant même la signature du contrat de concession par LISEA, SNCF Réseau, à l’origine du choix de tracé, a pris la décision de ne pas implanter de gares nouvelles sur la LGV SEA Tours-Bordeaux, et donc de construire des barreaux de raccordement entre le réseau ferré national déjà existant et la LGV SEA. LISEA et COSEA ont donc eu à charge de réaliser en tout 38 kilomètres de voies de raccordement, permettant aux grandes villes des départements traversés de bénéficier de la grande vitesse.

Pour un niveau de dessertes optimal

Les voies de raccordement entre le réseau ferré national classique et la LGV SEA permettront donc aux gares des principales villes du tracé (Poitiers, Chatellerault, Angoulême…) de bénéficier de la grande vitesse en étant connectées à la LGV SEA. Elles pourront également se connecter à d’autres lignes classiques (pour un trajet direct vers la Rochelle par exemple).

Schema de raccordement

Des raccordements pour les temps de trajets plus courts

Avec ces raccordements et un niveau de desserte adapté, les villes du tracé bénéficieront de temps de trajets plus courts.

En savoir plus sur la LGV SEA en France

Trajets

Bordeaux - Angoulême

2007
0h52
2017
0h35

Poitiers - Bordeaux

2007
1h32
2017
0h55

Poitiers - Angoulême

2007
0h44
2017
0h37

Poitiers - Tours

2007
0h47
2017
0h30

Tours - Angoulême

2007
1h32
2017
1h07

Bordeaux - Tours

2007
2h30
2017
1h30

Préparation du service de dessertes 2017

Pour répondre à ce projet d’aménagement du territoire décidé par l’État, les équipes du concessionnaire LISEA travaillent depuis le début sur un modèle de « service horaire 2017 », compatible avec :

  • les infrastructures de SNCF Réseau (ex RFF)
  • les besoins des régions
  • les attentes exprimées par les transporteurs nationaux et internationaux.
Laurent Cavrois - Président de LISEA

Rencontre avec Laurent Cavrois, Président de LISEA

Quelles sont les caractéristiques de la future ligne SEA Tours-Bordeaux ?

Cette nouvelle ligne optimise le système ferroviaire pour pour tout le sud-ouest français, en différenciant les flux « grande vitesse », sur la nouvelle ligne, des autres flux, notamment TER et fret, sur la ligne actuelle. Elle offre donc aux usagers – qui voyagent à titre personnel ou professionnel – de nouvelles perspectives de mobilité.

Quels sont les facteurs de réussite de la future ligne SEA Tours-Bordeaux ?

Au-delà de l’amélioration du temps de parcours, une offre ferroviaire rapide, régulière et fluide sera le gage de réussite de la future LGV. Il est nécessaire de mettre en service un nombre suffisant de trains à une fréquence élevée pour que le report modal puisse se faire. Par exemple : Paris-Lyon et Paris-Lille ont plus de 20 trains directs par jour. Et on sait qu’en 2h porte-à-porte, sur Bordeaux-Paris le train est imbattable… Il faut que cette ambition de réussite soit partagée par tous.

En quoi la LGV Sud Europe Atlantique est-elle selon vous gage de dynamisme pour les régions du Grand Sud-Ouest ?

Avec une offre ferroviaire optimale au rendez-vous, les villes desservies par l’infrastructure entendent maintenir un haut niveau de fréquences garantissant leur attractivité et améliorer leur relation avec Bordeaux dans l’espace de la future grande région. Le projet de la LGV SEA bénéficie d’une forte notoriété (90%), et d’un niveau d’approbation élevé en métropole bordelaise (86%). L’ouverture de la ligne devra être un succès dès le premier jour, afin de répondre à l’ambition de développement des territoires qui ont largement pris part au financement de cette ligne : Bordeaux Métropole ayant contribué à hauteur de 130 M€ environ, et les collectivités d’Aquitaine avec 841 M€, soit près de 30% du concours total des collectivités, de l’Etat et l’Union Européenne. Avec ce projet, Bordeaux va affirmer son rang de métropole européenne à 2h00 de Paris, et les villes du Grand Sud-Ouest bénéficieront, dès 2017, à la fois de l’attractivité des nouveaux gains de temps et des nouvelles liaisons ferroviaires générées par le projet.