Publié le 09 octobre 2018

9 m2 de terre à inventer : Un autre regard sur la biodiversité

Avec son stand « 9m2 de terre à inventer » et son jeu de société du même nom, l’association La Bêta-Pi de Melle a opté pour une approche originale afin d’interroger collectivement le grand public sur la notion de la biodiversité. Deux réalisations soutenues par LISEA Biodiversité qui font aujourd’hui des émules.

Créée en 1997, l’association La Bêta-Pi, basée à Melle, a très tôt fait le choix d’une démarche originale dans son développement en axant son action autour d’animations et de diffusion de la culture scientifique et technique en milieu rural, proposition quasi inexistante en France sur ces territoires. L’association s’est donnée quatre axes thématiques : bricolage et technique ; sciences ; numérique et électronique ; et éducation à l’environnement et au développement durable. Sur ce dernier axe, là encore, elle a opté pour un regard un peu différent par la proposition d’animations qui questionnent collectivement avec une approche propre à l’éducation populaire. « La plupart aborde ce sujet soit par l’entrée de la connaissance des espèces ou des concepts, soit par une entrée militante, engageante, voire culpabilisante, précise Kim Delagarde, directeur de La Bêta-Pi. Notre souhait était de compléter ce panel par une dimension plus systémique sur la relation « homme-nature » et les conduire à cette évidence : les questions de biodiversité ne peuvent s’aborder que collectivement. »

Une remise en question

Autre souhait, particulièrement original : aller chercher les publics là où ils en sont dans leurs représentations et convictions. « Faire des animations captives sur le sujet, on sait faire et de nombreuses associations le font très bien, mais interpeller le grand public dans des événements qui ne sont pas forcément dédiés à la question de l’environnement, c’est plus compliqué. Nous nous sommes donc remis en question pour imaginer des stratégies nouvelles, ça a été très formateur. »

Un questionnement sur nos différentes tolérances aux espèces

L’idée de « 9 m2 de terre à inventer » est née dès 2010 avec le développement d’un jeu destiné aux scolaires autourun jeu pour découvrir la biodiversité du questionnement sur nos tolérances aux espèces.  « Lors de sa présentation aux Assises de la biodiversité en 2013 organisées en Deux-Sèvres, cette initiative a reçu un très bon accueil et des encouragements à son développement avec notamment le soutien de la Fondation Nature et Découverte. »  Dans le même temps, l’association réfléchissait à l’opportunité d’imaginer un stand qui vienne en appui à ce jeu tant en souhaitant aussi que celui-ci puisse évoluer en version jeu de société. « Le hasard du calendrier a fait que ces souhaits ont été exprimés au moment où LISEA Biodiversité lançait son appel à projets. »

Amener les gens à s’interroger

Concrètement, le stand permet par le biais d’un vote sur certaines espèces d’engager un questionnement sur le rapport de chacun à la biodiversité. Ensuite ceux qui le souhaitent peuvent prolonger la réflexion en participant au jeu de rôle 9m2. « Il y a neuf cases, qui représentent des territoires, où chaque joueur habite une maison. Chacun possède des espèces animales (héron, rainette, couleuvre, chauve-souris, lapin, lézard, chouette, renard…) et se pose la question de celles qu’on préserve, transfère chez son voisin ou qu’on supprime. » À cela s’ajoutent également des événements inattendus, qui viennent perturber la partie et amènent à faire des choix : invasion de moustiques, construction d’une ligne TGV, introduction du vautour… « L’objectif n’est pas de désigner un vainqueur. Il s’agit d’amener les gens à s’interroger et à parler ensemble sur la réussite de maintenir une bonne biodiversité malgré les différents degrés d’acceptation des espèces sur son lieu de vie. »

Une sérénité et une résonance  

« L’aide de LISEA Biodiversité nous a apporté une réelle sérénité dans l’amorçage du projet et une incroyable résonance qui a facilité la diffusion du stand et du jeu. » Grâce à ce soutien, La Bêta Pi et le CPIE de Gâtine Poitevine ont pu être présents dans de nombreuses manifestations sans que cela n’engage de frais pour les organisateurs. Cette visibilité a amené une bonne notoriété à ces initiatives au point que plusieurs organismes ont passé commande d’un exemplaire du stand, notamment la Communauté d’agglomération de La Rochelle ou encore les Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France.     

La Bêta-Pi a également développé la version jeu de société en optant, pour sa diffusion, par le téléchargement libre sur internet à l’adresse suivante : www.9m2jeubiodiversite.org. A l’heure actuelle, ce derniers a été téléchargé plus de 1500 fois.