Lisea : sécurité et innovation au service du ferroviaire

LISEA, en tant que gestionnaire d’une infrastructure ferroviaire, est tenu de se conformer aux normes et exigences de sécurité fixées par le ministère des Transports. À travers les contrats de concession et de construction, LISEA et COSEA se sont ainsi engagés à respecter un cahier des charges techniques garantissant la conformité de l’infrastructure aux normes en vigueur. En parallèle avec MESEA, LISEA a intégré dès le début du projet des innovations en terme de maintenance et d’exploitation.

Des exigences de sécurité contrôlées à toutes les phases du projet

Des normes ont été définies dès la phase de choix du tracé par le concédant SNCF Réseau et la phase d’étude-conception de la ligne par le constructeur COSEA, jusqu’à la construction de la LGV.

En savoir plus sur les acteurs ferroviaires

Couvrir l’ensemble des domaines de la construction

Génie civil et plateforme ferroviaire, signalisation, télécommunications…, les normes en vigueur garantissent :

  1. La sécurité des circulations de TGV sur la LGV SEA Tours-Bordeaux
  2. La sécurité des interactions entre la LGV SEA et le réseau ferré national déjà existant, au niveau des raccordements
  3. La sécurité des opérations d’entretien et maintenance effectuées par MESEA ou toute autre intervenant externe

Des contrôles réguliers au cours de la construction

L’ensemble de ces exigences sont contrôlées régulièrement au cours de la conception et de la construction par un Organisme Qualifiée Agréé, qui s’assure du bon respect du cahier des charges. C’est COSEA, pour le compte de LISEA, qui a la responsabilité de l’organisation et du bon déroulement de ces contrôles.

Permettre la circulation de TGV sur la LGV SEA : comment ça marche ?

Les résultats des contrôles sont intégrés dans un Dossier de sécurité qui devra au final être instruit et validé par l’EPSF. Cette validation doit ensuite permettre l’obtention de l’Autorisation de Mise en Exploitation Commercial (AMEC). Cette autorisation permet à LISEA d’ouvrir la LGV SEA à la circulation de trains à grande vitesse commerciaux.

En parallèle, LISEA doit obtenir auprès de l’EPSF l’agrément de Gestionnaire d’Infrastructure, en apportant la preuve de sa capacité à gérer une infrastructure à grande vitesse.

Un système de communication dédié au ferroviaire : le GSM-Rail

GSM-Rail (appelé aussi GSM-R) est le nouveau standard des télécommunications ferroviaires en Europe ; il est un des éléments de l’ERTMS, système d’interopérabilité imposé par l’Union Européenne pour le réseau trans-européen à grande vitesse, qui permet aux trains de passer aisément d’un pays à l’autre. Il équipe déjà 17 pays européens et a été depuis 2004 déployé sur 14 000 km de voies ferrées en France. La LGV SEA en sera équipée.

Dédié à l’exploitation ferroviaire, le GSM-R permet les échanges de données et les communications entre les conducteurs de trains et les centres de commandes, ainsi que la transmission des informations de signalisation et en particulier de positionnement et de gestion du mouvement des trains.

Le GSM-R est un élément clé de la sécurité des circulations ferroviaires et des voyageurs. A ce titre, il est indispensable de maîtriser les risques d’interférences avec le réseau GSM de la téléphonie mobile. Un groupe de travail a été mis en place par les pouvoirs publics fin 2014 pour assurer la concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile et les acteurs du ferroviaires, afin d’élaborer des solutions sûres tout en permettant le déploiement des réseaux télécoms grand public sur l’ensemble du territoire. LISEA et COSEA participent activement à ce groupe de travail afin de s’assurer que la couverture par les opérateurs mobile des territoires traversés par la LGV SEA garantisse la sécurité des circulations ferroviaires.

Étapes du programme de contrôle et d’essais avant la mise en service de la LGV SEA

En plus d’évaluer le bon fonctionnement du système, le programme de contrôle et les essais ont pour objectif de vérifier que les installations et procédures de sécurité fonctionnent et respectent les règles et normes en vigueur. Lors de la création d’une infrastructure ferroviaire, ce programme représente une part importante de la période qui précède la mise en service de l’infrastructure.

Phases clésTests et essais prévus avant la mise en service

Des innovations pour la LGV fondées sur les expertises de MESEA

Les missions de MESEA

Depuis les futures bases maintenance de Clérac (17), Villognon (16), Poitiers (86) et Nouâtre-Maillé (37), MESEA aura pour mission d’entretenir la ligne pendant 44 ans afin de garantir la circulation des trains à 320 km/h en toute sécurité 24h/24 et 7j/7.

Dès la mise en service de la ligne, LISEA confiera son exploitation et sa maintenance à MESEA, dont l’actionnariat est partagé entre VINCI Concessions (70%), « partenaire privé d’utilité publique » leader mondial des concessions. Et de SYSTRA (30%) qui est une société experte dans la gestion des réseaux ferroviaires depuis plus de 50 ans et reconnue comme un acteur de premier plan à l’international.

MESEA, un acteur intégré dès la phase de conception de la LGV

Parce que la qualité technique du projet a fait l’objet d’une attention particulière, MESEA a été associée dès la conception de la LGV au projet. Le but ? Intégrer au plus tôt les contraintes de maintenance en phase d’exploitation et respecter ainsi les exigences qualité et sécurité en vigueur sur le réseau ferroviaire.

Innovations et performance au service de la maintenance ferroviaire

MESEA, exploitant-mainteneur, développe actuellement plusieurs innovations dans le domaine de la maintenance ferroviaire. INTELO est l’une de ces innovations.

viaduc de Boeme

INTELO inspecte les ouvrages d’art en toute sécurité et sur tous les terrains

Ce véhicule télé-opéré de faible encombrement a été imaginé par MESEA et Structure & Réhabilitation, une société spécialisée dans l’inspection d’ouvrages et l’INSA (Institut national des sciences appliquées) de Lyon. Il a été construit par la société Mobilev.

Équipé d’un bras articulé de 15 mètres de long, il dispose d’un système gyrostabilisé de prises de vues, qui lui permet de réaliser des inspections des ouvrages d’art par imagerie numérique.

D’une largeur de 70 cm seulement, INTELO passe partout : il peut glisser entre les corniches et les poteaux caténaires, et travailler sans interrompre la circulation des trains. Autre avantage de taille : avec INTELO, l’opérateur est installé en toute sécurité dans la cabine et déplace l’appareil photo de manière télécommandée.

Des concepts innovants pour des opérations de maintenance plus performantes

D’autres concepts innovants seront appliqués afin d’améliorer l’efficacité des opérations de maintenance, et pérenniser la démarche environnementale du projet :

  • camions rail-route,
  • wagon d’inspection de la géométrie de la voie sans contact,
  • puits canadiens en lieu et place de la climatisation dans les postes de signalisation,
  • bâtiments de maintenance labélisés HQE : optimisations vis-à-vis du climat, photovoltaïque, toitures végétalisées…

Plus que

0 0 0 7

jours

Avant la mise en service
de la ligne à grande vitesse
Sud Europe Atlantique
le 2 juillet 2017