Questions les plus posées

  • Qui est LISEA ?

    LISEA est la société en charge de financer, concevoir, construire et exploiter la LGV SEA : la nouvelle ligne à grande vitesse ferroviaire entre Tours et Bordeaux qui sera mise en service à l’été 2017.

    Suite à un appel d’offres de Réseau Ferré de France (devenu en 2015 SNCF Réseau), LISEA a été désignée société concessionnaire de la future ligne pour une durée de 50 ans, à partir d’un contrat de concession signé en juin 2011.

    Depuis le début des travaux de construction commencés en 2012, LISEA pilote et assure en tant que maître d’ouvrage l’interface entre : le concédant SNCF Réseau (ex-RFF), les investisseurs du projet, le concepteur-constructeur (COSEA), l’exploitant-mainteneur (MESEA), ainsi que l’ensemble des autres parties prenantes tels que les organismes de contrôle, les services de l’État, les associations de protection de la nature.

    En savoir plus sur Lisea

    En tant que nouveau gestionnaire d’infrastructure, LISEA s’est associé aux collectivités et aux opérateurs ferroviaires pour proposer dès 2017 une offre ferroviaire la plus ambitieuse possible : gain de temps, hausse des fréquences, développement économique et attractivité des territoires du Sud-Ouest. À noter que le nombre de trains et de leurs dessertes incombe à la SNCF : seul opérateur ferroviaire national à ce jour.

    En savoir plus sur la préparation du service de dessertes des gares en 2017

    Voir la campagne de presse 2015

  • Pourquoi la construction de la LGV SEA a été confiée à LISEA ?

    Décidé en 2007 dans le cadre du Grenelle de l’environnement, le développement des lignes à grande vitesse vise à promouvoir le train en tant que mode de transport le plus respectueux de l’environnement.

    Déclaré Grand projet d’intérêt public, la LGV SEA Tours-Bordeaux représente un projet majeur à l’échelle du territoire français, mais également pour les liaisons ferroviaires entre Europe du Nord, de l’Est et du Sud.

    Plus d’informations sur les mobilités nouvelles de la LGV SEA en France

    Plus d’informations sur les mobilités nouvelles en Europe

    Dans un contexte budgétaire particulièrement contraint, la mise en œuvre de la LGV SEA a été uniquement rendue possible dans un délai raccourci grâce à un mode de financement précurseur dans le secteur du ferroviaire : un contrat de concession en partenariat public-privé.

    Les contrats de concession, couramment utilisés pour de grands projets d’infrastructures permettent à une entité publique de confier la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance d’équipements publics à des acteurs privés. L’ouverture à ce type de contrat permet de conduire la modernisation du réseau ferroviaire français dans un temps court, en faisant appel aux ressources managériales, techniques et financières du secteur privé.

    En savoir plus sur les atouts et la performance opérationnelle développés par LISEA

  • Comment suivre l’actualité du chantier de la LGV SEA ?

    Un site internet spécifiquement dédié à l’actualité du chantier permet de suivre l’avancée des travaux de construction. Chacune des 113 communes traversées est représentée par une page qui propose une carte du tracé sur sa localité, les actualités du projet et un dispositif d’alerte email.

    En plus de ces informations de proximité, le site propose des reportages photos et vidéos, des simulations en images de synthèses et un maximum de contenus pour comprendre les enjeux et le déroulement du plus grand chantier ferroviaire d’Europe.

    Voir le site de la LGV SEA

    Pour se rendre sur la page d’une commune traversée par le projet :
    Rendez-vous sur http://www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr/ puis ajouter le nom de votre commune sans accent à la fin de l’url. Exemple : http://www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr/ambares-et-lagrave

    Le présent site www.lisea.fr vous présente l’actualité de la société concessionnaire.

    Sur les réseaux sociaux :

    • La page Facebook « Partenaires des territoires » raconte l’histoire du chantier et valorise l’activité des territoires.
      Les équipes de LISEA répondent aux échanges des internautes sur ces thèmes.
    • Le compte twitter LGVSEA by LISEA présente l’actualité du concessionnaire, ses publications, ainsi qu’un espace de partage et d’échange sur l’arrivée du concessionnaire en tant que nouvel acteur ferroviaire innovant.

    Les équipes de LISEA répondent aux échanges professionnels sur ce compte.

    LISEA publie, et distribue sur l’ensemble des 113 communes traversées, le magazine périodique LISEA Express qui raconte en grand format l’histoire du chantier. Tous les numéros sont à retrouver sur http://www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr/lisea-express

    Si vous ne trouvez pas l’information que vous cherchez, l’équipe communication de LISEA répondra dans les meilleurs délais possibles aux sollicitations via l’adresse mail contact@lisea.fr

  • La LGV SEA appartient-elle à la société LISEA ?

    C’est en remportant l’appel d’offres émis par Réseau Ferré de France, un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) sous la tutelle de l’État, que LISEA a été désignée société concessionnaire de la future LGV SEA pour une durée de 50 ans.

    À l’issue de la durée de concession, en 2061, la propriété et la gestion de l’infrastructure reviendra au concédant SNCF Réseau (ex-RFF).

    Depuis la conception jusqu’aux phases d’exploitation et de maintenance de la ligne qui commenceront mi-2017, LISEA doit se conformer aux normes et exigences de sécurité fixées par le ministère des Transports.

    Plus d’informations sur les missions de LISEA en tant que gestionnaire d’infrastructure ferroviaire

  • Quel est le modèle économique de l’exploitation de la LGV SEA ?

    Il s’agit d’un contrat de concession : un type de contrat couramment utilisé pour de grands projets d’infrastructures, permettant à une entité publique de confier la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance d’équipements publics à des acteurs privés.

    Dans le cas du projet de la LGV SEA, l’ouverture à ce type de contrat permet de contribuer à conduire la modernisation du réseau ferroviaire français dans un temps court, en faisant appel aux ressources managériales, techniques et financières du secteur privé.

    La concession de la LGV SEA constitue un modèle économique unique à ce jour dans le domaine du ferroviaire. Il est différent des contrats de partenariat dans lesquels des acteurs privés perçoivent des loyers, qui leurs sont versés par RFF, indépendamment de la fréquentation de la ligne.

    LISEA, dans le cadre d’un partenariat public-privé, assume le « risque trafic ». Ce choix a été fait afin de faire peu peser le financement au contribuable, avec une part de subventions publiques dans le projet inférieure à 50 % (à titre de comparaison : la part est supérieure à 70 % pour le projet de la LGV Est).

    LISEA assure à ses risques la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance de la ligne. Comme SNCF Réseau (ex-RFF) sur ses lignes, LISEA perçoit des péages qui lui permettent de couvrir ses investissements de 3,8 milliards d’euros.

    Ces redevances concernant la ligne à grande vitesse Tours Bordeaux en 2017, ainsi que leurs évolutions, ont été fixées par SNCF Réseau (ex-RFF) lors de l’appel d’offre en 2009, et sont inscrites dans le contrat. Ces redevances sont comparables à celles pratiquées sur Paris-Lyon, ligne très bénéficiaire, qui a eu un fort impact sur le développement économique de la métropole lyonnaise. À titre indicatif : les redevances qui seront versées à LISEA représentent 20 % des coûts d’exploitation de l’opérateur ferroviaire sur l’axe Paris-Bordeaux ; en sachant que l’axe Paris-Bordeaux est constitué de 550 km de lignes, dont 250 km gérés par SNCF Réseau (ex-RFF) et 300 km prochainement par LISEA.

    En savoir plus sur la performance opérationnelle de LISEA

    À noter que les prix de billets de trains sont fixés par les opérateurs ferroviaires (SNCF, Thalys, Eurostar…) en fonction de leurs politiques tarifaires.

  • Les trains vont-ils s’arrêter dans toutes les gares le long du tracé ?

    Dans le cadre de son contrat de concession, LISEA a réalisé la construction de 40 km de raccordements ferroviaires, permettant aux futurs trains de rejoindre les gares existantes entre Tours et Bordeaux.

    Parallèlement à la construction, LISEA a déjà entamé des études et des rencontres pour préparer le service 2017, c’est-à-dire le nombre de trains, les fréquences, les horaires, les dessertes… Mais cette offre incombe à la SNCF, à ce jour seul opérateur ferroviaire national. LISEA, en tant que gestionnaire de l’infrastructure, en garantie la faisabilité.

    En tant que nouvel acteur ferroviaire impliqué dans le développement des territoires, LISEA promeut la création d’une offre ferroviaire rapide, régulière et fluide, qui sera le gage de réussite de la future LGV SEA.

    Plus d’informations sur notre page Mobilités nouvelles

  • Comment LISEA traite les enjeux environnementaux lié à la construction de la ligne ?

    Le volet environnemental du projet est très encadré. La démarche « Eviter, réduire, compenser » qui a été entreprise, est directement issue du cadre règlementaire.

    • “Eviter” : trouver la meilleure solution pour ne pas impacter une zone sensible.
    • “Réduire” : limiter au maximum l’impact des travaux sur les zones qui n’ont pas pu être évitées.
    • “Compenser” : reproduire à proximité des environnements comparables à ceux qui auront été affectés par le projet.

    Au-delà de ses obligations, LISEA a pour ambition de limiter au maximum l’impact du projet sur l’environnement. C’est pourquoi le gestionnaire ferroviaire a créé un observatoire environnemental, ainsi que deux fondations dédiées.

    Plus d’informations sur notre page Partenaires des territoires

    Plus d’information sur le site du chantier

  • La ligne construite est-elle aussi performante que les autres LGV ?

    En tant que gestionnaire d’une infrastructure ferroviaire, LISEA est tenu de se conformer aux normes et exigences de sécurité fixées par le ministère des Transports.

    À travers les contrats de concession et de construction, LISEA et COSEA se sont engagés à respecter un cahier des charges techniques garantissant la conformité de l’infrastructure aux normes en vigueur.

    Ces exigences de sécurité ont été intégrées dès la phase de choix du tracé par le concédant SNCF Réseau (ex-RFF) et la phase d’étude-conception de la ligne par le constructeur COSEA. Ces normes ont pour objectif de couvrir l’ensemble des domaines de la construction (génie civil et plateforme ferroviaire, signalisation, télécommunications…) afin de garantir :

    • La sécurité des circulations des trains à grande vitesse sur la LGV SEA Tours-Bordeaux.
    • La sécurité des interactions entre la LGV SEA et le réseau ferré national déjà existant, au niveau des raccordements.
    • La sécurité des opérations d’entretien et de maintenance effectuées par MESEA ou toute autre intervenant externe.

    En savoir plus

  • Combien d’emplois et d’activité génère le projet de la LGV SEA ?

    Plusieurs engagements ont été pris par LISEA et le groupement-constructeur COSEA afin que les territoires traversés bénéficient des effets de la construction sur l’emploi direct et indirect, tels que :

    • 10% des heures travaillées ont été confiées à des personnes en insertion professionnelle.
    • 10% du montant des travaux ont été confiés à des sous-traitants des départements du tracé.

    Ces engagements font l’objet d’un suivi rigoureux dans la durée par les services de l’état (DIRRECTE, DREAL, Pôle emploi…).

    Un observatoire socio-économique a ainsi été mis en place pour assurer le suivi des impacts sur le long terme jusqu’en 2027.

    En phase chantier, les effectifs ont été constitués de 8 500 salariés au pic d’activité en juillet 2013, dont 2 000 embauches locales.

    En exploitation, 170 emplois de long terme sont prévus (exploitation et maintenance de la ligne).

    En savoir plus