Mobilité et attractivité des territoires

Epine dorsale de la Nouvelle-Aquitaine, la LGV SEA contribue à améliorer le maillage territorial régional, national et européen, et agit également comme un levier d’attractivité et de croissance des territoires, et comme un accélérateur des tendances favorables existantes. En réduisant les temps de parcours, elle génère de nouvelles habitudes de mobilité, crée de nouvelles perspectives à l’échelle européenne et améliore les dessertes des grandes villes du sud-ouest, favorisant ainsi l’accessibilité et le développement économique de l’ensemble de la région.

CRÉATEUR DE MOBILITÉ

Diminution des temps de parcours et gain de temps

L’augmentation de la vitesse et la diminution des temps de parcours sont les deux effets attendus d’une LGV.

Meilleurs temps de parcours sur SEA :

  • Paris-Bordeaux : 2h03 (2 minutes de moins que les prévisions)
  • Tours-Bordeaux : 1h38 (17 minutes de moins que les prévisions)

Gains de temps générés par la LGV :

  • Paris-Bordeaux/Toulouse/Dax/Hendaye/Pau/Tarbes : 1h00
  • Paris-Angoulême/La-Rochelle : entre 30 et 43 minutes
  • Paris-Poitiers : 15 minutes

Ces temps de parcours sont amenés à progresser grâce au remplacement, avant 2021, des rames « Atlantiques » par les nouvelles rames « Océane » pouvant circuler à 320 km/h (soit 20km/h de plus).

Trafic ferroviaire : des prévisions dépassées

Avec 20 millions de voyageurs annuels, soit une augmentation de 3,8 % de passagers contre 2,6 à 3,5 % de prévus, le trafic de la LGV SEA dépasse les estimations envisagées par le dossier d’enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique (DUP).

La LGV SEA est ainsi la 2ème ligne à grande vitesse la plus empruntée en France après la liaison Paris-Lyon.

Un succès qui confirme la pertinence de la LGV SEA, l’intérêt des voyageurs pour l’offre de transport et la légitimité et viabilité du modèle pour tous les acteurs.

Amélioration des dessertes régionales

L’augmentation des déplacements et la réduction des temps de parcours bénéficient également au trafic des TER et aux liaisons régionales, notamment grâce aux 38 km de raccordements desservant les centres-villes de grandes villes du Sud-Ouest (Poitiers, Angoulême, La Rochelle, etc.).

En 2018, on note une hausse de :

  • + 12 % du trafic en Nouvelle-Aquitaine et + 9 % En Occitanie,
  • +17,1 % pour la liaison Bordeaux-Hendaye, + 14,3 % pour Bordeaux-Arcachon, + 12,1 % pour Bordeaux-Arcachon.

L’intérêt de nouveaux opérateurs

Le succès de la ligne en termes de trafic et de performance suscite l’intérêt de nouveaux opérateurs pour créer de nouvelles dessertes. Thalys a ainsi ouvert de juin 2019 à août 2019 une liaison saisonnière hebdomadaire directe Bruxelles-Bordeaux en 4h00.

D’autres dessertes sont à l’étude, telles que Londres-Bordeaux (en moins de 5h00) ou Saint-Sébastien-Paris (à l’horizon de la mise en service du projet « Y Basque » à partir de 2023).

L’ouverture à la concurrence prévue en 2020, permettra à de nouveaux entrants d’exploiter des trains ou des services régionaux à grande vitesse sur l’axe SEA.

Carte de la LGV SEA

Le boom de la LGV a entraîné une augmentation de la fréquentation des TER qui atteint plus de 15 % sur certaines lignes. On opposait la LGV et le TER, or ça le booste. (Propos extraits du supplément Sud-Ouest consacré aux effets de la LGV sur les territoires - février 2018)

Alain ROUSSET Président de la région Nouvelle-Aquitaine

Un train Thalys sur la LGV SEA

FOCUS

Un trafic aérien en baisse mais qui reste complémentaire

Après un an d’exploitation, une baisse significative du trafic aérien sur les liaisons Paris-Bordeaux (suppression d’environ 4 allers-retours Bordeaux-Paris Orly par jour), Paris-Toulouse ou Paris-Biarritz est observée.

Pour les trajets internationaux ou pour les voyageurs dont la valeur du temps est très élevée (plus de 43 €/h), le service aérien avec le tarif non flexible est encore concurrentiel avec le TGV. Le service aérien reste donc complémentaire de l’offre ferroviaire.

Un viaduc de la LGV SEA

WEB-SERIE « LA VOIE DES ENTREPRENEURS » – SAISON 2

Un an après sa mise en service quatre chefs d’entreprises reviennent sur l’impact de la ligne à grande vitesse sur le développement de leurs activités, leur quotidien et leur nouvelle appropriation de l’espace et du temps.

Pour moi la LGV a vraiment été un moyen de faciliter nos échanges avec nos clients des grands sièges parisiens. En termes de conquête clients, oui, on est davantage présents sur Paris qu'on ne l'était avant Xavier BRISSONNEAU – co-fondateur et président de Rhinov

Xavier BRISSONNEAU Co-Fondateur de l'entreprise d'architecture d'intérieure ``Rhinov``

LEVIER D’ATTRACTIVITÉ

La LGV SEA facilite les déplacements, crée de nouvelles perspectives de mobilité et favorise les échanges. En offrant un maillage territorial performant, la LGV participe à accroître l’attractivité des territoires.

Indicateurs concrets de la croissance de l’attractivité territoriale impulsée par la LGV, les chiffres à un an d’exploitation révèlent une augmentation considérable du trafic sur la ligne SEA, aussi bien en termes de déplacements loisir que professionnels.

Si les effets économiques d’une LGV se mesurent sur le long terme, il est cependant possible d’affirmer :

  • Que la LGV SEA agit comme un accélérateur des tendances favorables existantes (dynamisme des projets urbains de Bordeaux, attractivité grandissante de la métropole et de la région, etc) ;
  • Que l’ouverture à un réseau dense et connecté contribue au développement économique par le renforcement de l’attractivité des territoires: amélioration de la mobilité, ouverture des marchés pour les entreprises, renforcement de nouvelles implantations, etc.

Selon Invest’in Bordeaux, l’agence pour le développement économique de Bordeaux Métropole, 2 000 nouveaux emplois ont vu le jour dans la métropole bordelaise depuis la création de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique. Soit la meilleure hausse de la région depuis 20 ans. (Source : Objectif Aquitaine – La Tribune, LGV Bordeaux-Paris : un an après, qu’a changé la grande vitesse, par Mickaël Lozano, 31 juillet 2018).

L’impact sur le tourisme est quant à lui confirmé. Les chiffres trafic montrent que les gains de temps, conjugués à l’attractivité établie de Bordeaux et de sa région, ont eu une conséquence directe sur l’augmentation du trafic tourisme loisir, mais surtout d’affaires (SNCF Mobilités constate un doublement de la part des voyageurs professionnels à un an d’exploitation).

Effets socio économique LGV territoires

FOCUS

Le bilan LOTI intermédiaire

Remis en décembre 2018 et prévu dans le contrat de concession, le bilan socio-économique de la LGV SEA (« Bilan LOTI »*), a pour objectifs d’évaluer les effets de la LGV un an après sa mise en service et d’observer les écarts entre la réalité et les prévisions des dossiers d’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP). Il constitue la première étape avant la remise, cinq après le début de l’exploitation, du bilan LOTI final. De façon générale, ce dernier dresse un bilan positif de la LGV SEA qui a, d’une part, dépassé les prévisions initiales en termes de trafic et amélioré l’offre de transport à l’échelle de la France et de la région, et, d’autre part, contribué à renforcer l’attractivité tendancielle de la Nouvelle-Aquitaine et de la ville de Bordeaux.

* Selon la « Loi d’Orientation des Transports Intérieurs ».

Chiffres trafic

20 millions de voyageurs annuels

+ 70 % de voyageurs sur l'axe Paris-Bordeaux du 1er juillet 2017 au 1er juillet 2018

x 2 du nombre de voyageurs professionnels entre 2017 et 2018

POUR ALLER PLUS LOIN