Publié le 25 septembre 2017

CREN : Les pelouses sèches de Buxerolles et Montamisé reprennent du service

Dans la Vienne, des pelouses sèches calcicoles d’intérêt écologique, acquises par le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes (CREN), ont fait l’objet, grâce au soutien de la fondation LISEA Biodiversité, d’important travaux de restauration. Ces espaces ont repris pour partie leur rôle initial de zone de pâture. Objectif : favoriser le retour d’une flore et d’une faune spécifiques à ces milieux.

 

Deux parcelles de 12 ha et 23 ha

Le Conservatoire Régional d’Espaces Naturels (CREN) Poitou-Charentes mène depuis 25 ans une protection de la nature par l’acquisition de terrains présentant un intérêt en matière de biodiversité. Identifiés comme tels, deux ensembles parcellaires dans la Vienne, l’un à Buxerolles de 13 ha et l’autre à Ensoulesse près de Montamisé de 23 ha, ont été acquis par le CREN entre 1997 et 2006. Des études menées sur ces sites ont en effet souligné leur intérêt écologique.

Il s’agit de pelouses sèches calcicoles. Du fait de leur sol, un substrat calcaire, et de leur exposition au soleil, elles sont dominées par une végétation de graminées qui en faisait, jusque dans les années 1960, des espaces privilégiés de pâtures. Ce sont ces caractéristiques qui contribuent à leur donner aujourd’hui une valeur patrimoniale très élevée.

Julian Branciforti Responsable de l’Antenne Vienne du CREN

Vallées Sèches de Buxerolles
Astragalle-de-montpellier_CEN-PC © CREN
Azure-du-serpolet_CEN-PC © CREN

Dans ce diaporama :

  1. Astragalle-de-montpellier_CEN-PC © CREN
  2. Azure-du-serpolet_CEN-PC © CREN
Vallées Sèches enclos de L'Ensoulesse
Vallées Sèches enclos de L'Ensoulesse
Vallées Sèches Buxerolles
Vallées Sèches Buxerolles

Un rôle de maintien de la biodiversité

« Certains groupements végétaux sont rarissimes et de nombreuses espèces, animales et végétales, qu’elles hébergent sont remarquables : orchidées, Astragale de Montpellier ou encore des papillons rares comme l’Azuré du Serpolet, pour ne citer qu’eux, poursuit Julian Branciforti. Les pelouses sèches ont donc un rôle très fort dans le maintien de la biodiversité. »
Du fait de la disparition des pâturages, la végétation avait, sur ces deux sites, repris ses droits, entraînant une régression des espèces remarquables. « Un des sites, celui de Buxerolles, a même été, durant plus de 30 ans, le site d’usages incompatibles avec les enjeux écologiques. Jusqu’en 2007, Il accueillait un terrain de moto-cross officiel agréé pour les compétitions internationales. »

Débroussaillage et enclos de pâturage

Grâce à l’appel à projets de la Fondation LISEA Biodiversité, le CREN a ainsi pu engager dans un premier temps des opérations de restauration des habitats. La plus conséquente a porté sur du débroussaillage. « Faite pour partie manuellement car plus bénéfique aux milieux : coupe franche et sélective des essences ligneuses colonisatrices. » Le terrain de Buxerolles a également fait l’objet d’arasement des bosses de moto-cross et de création de merlons infranchissables pour éviter la pratique illégale de la moto.
Dans un second temps, le CREN a réalisé des enclos de pâturage par la pose de clôtures fixes. « En redonnant à ces espaces sa fonction initiale, le but est de s’inscrire dans une gestion adaptée des sites tout en faisant en sorte que des espèces rares, aussi bien animales que végétales, inféodées aux pâturages, réapparaissent. »

Gestion des pâturages : des solutions alternatives

Face à la pénurie d’éleveurs sur les deux communes, des solutions alternatives ont été trouvées pour la gestion des enclos. A l’Ensoulesse, les deux parcs d’une surface totale d’un hectare accueillent les animaux de deux propriétaires privés : 2 chevaux, 2 poneys et 6 brebis.
Sur Buxerolles, la pose des clôtures devrait bientôt démarrer. Deux parcs de 6000 m2, avec un abri ovins, vont voir le jour. A l’heure actuelle, des pourparlers sont en cours avec la municipalité pour envisager un appel à volontaires pour créer une association qui aurait la charge des animaux préalablement achetés.
En parallèles de ces opérations, le CREN a également mené, ces trois dernières années, des actions grand public de sensibilisation aux milieux. Des études de suivi écologique notamment des populations de Rhopalocères (papillons de jour) seront reconduites régulièrement afin de confirmer la pertinence des actions menées.