Projet de Site de Maintenance et de Remisage (SMR)
de Trains Aptes à la Grande Vitesse (TAGV)

Visite de terrain

Une visite de terrain en présence des hydrogéologues est prévue le :

Vendredi 23 février 
de 9h30-11h30

Lieu de rendez-vous : 2 rue de la station (voir sur la carte)

Inscription obligatoire

 LETTRE D’INFORMATION N°1

Cycle de consultation

Trois réunions d’échanges sur des enjeux forts du SMR ont été organisées de septembre à novembre 2024 sur les thématique suivantes :

  • L’aménagement, l’insertion paysagère et le chantier
  • La démarche environnementale et acoustique
  • Les bénéfices pour Marcheprime et pour le territoire

Structurées autour d’une présentation générale et d’ateliers de travail participatifs, ces rencontres ont permis d’apporter, grâce à l’intervention d’experts, des éclairage précis sur les enjeux ciblés et de recueillir les propositions et questions des habitants, en vue d’améliorer le projet et d’être au plus près de leurs attentes.

50 propositions et questions ont ainsi émérgé de ce cycle de consultation qui a réuni 80 participants. Chacune d’entre elles a été étudiée afin d’apporter des réponses et d’analyser leur faisabilité, et présentée en réunion de restitution le mercredi 10 janvier.

Récapitulatif des 50 propositions et questions à venir prochainement.

Fruit d’un processus engagé depuis 2018, le projet de SMR, situé à Marcheprime en Gironde, constitue l’une des conditions de réussite de l’ouverture à la concurrence ; un facteur indispensable pour développer l’offre ferroviaire dans le Sud-Ouest et répondre ainsi à la demande croissante de mobilité des voyageurs, et aux impératifs écologiques actuels.
Les travaux débuteront au 2ème trimestre 2025 pour une mise en service en 2027.

Vue générale du projet de Site de Maintenance et de Remisage (SMR) LISEA. © L’Heudé & Associés Architectes – Galerie Blanche – LISEA

Vue depuis la RD1250 sur le Site de Maintenance et de Remisage (SMR) LISEA à Marcheprime. © L’Heudé & Associés Architectes – Galerie Blanche – LISEA

Une condition de réussite du développement ferroviaire dans le Sud-Ouest

Mode de transport très faiblement émetteur de CO2, le ferroviaire est identifié comme un levier puissant en faveur du climat et de la transition écologique. Au regard de ces enjeux, l’ouverture à la concurrence, élément essentiel pour accroître l’offre ferroviaire, apparaît comme un atout majeur en faveur de l’environnement, du développement social et économique des territoires, et des
voyageurs.
Or, dans les faits, elle reste très limitée, l’accès à des installations de maintenance des Trains Aptes à la Grande Vitesse (TAGV) constituant l’une des principales barrières à l’entrée pour de nouveaux opérateurs souhaitant proposer de nouvelles offres/dessertes.

À ce jour, les sites de maintenance pour les TAGV en France sont gérés par SNCF Voyageurs et concentrés en Île-de-France et à Lyon. La création d’un SMR à proximité de Bordeaux (à moins de 20 minutes de la gare de Bordeaux Saint-Jean et connecté au Réseau Ferré National), complémentaire de l’offre de maintenance existante, représente donc une solution concrète pour faciliter l’arrivée de nouveaux opérateurs et, accroître ainsi l’offre ferroviaire desservant le Sud-Ouest.
Implanté sur une parcelle de 14 hectares, ce SMR, premier site indépendant de maintenance en France pour une flotte TAGV, permettra de faciliter les opérations de maintenance des opérateurs ferroviaires proposant des liaisons à grande vitesse sur la LGV SEA  desservant Paris/Île-de-France) ou un Service Régional à Grande Vitesse (SRGV) reliant les grandes agglomérations de l’axe Sud Europe Atlantique et au- delà (La Rochelle, Nantes, etc.).

Fonctionnement du SMR

LISEA a assigné au projet l’objectif d’être aussi polyvalent que possible, avec la capacité d’accueillir une pluralité de matériels roulants : TAGV , TER Regio2N et Regiolis, RER métropolitain ou Intercités TET.
En complément des activités de maintenance (dépannage, réparation, réglage, révision, contrôle/vérification des équipements, des rames et des pièces, nettoyage des rames), ce SMR doit également permettre d’accueillir des trains à des fins de remisage entre deux périodes d’exploitation, de façon ponctuelle ou régulière.
Le site est conçu pour accueillir 15 rames.
Cette polyvalence à la fois en termes de missions (maintenance et remisage) et d’accueil de matériels différenciés, a conduit LISEA à privilégier un scénario dans lequel LISEA, propriétaire du SMR, en sera le gestionnaire, afin de concevoir, construire puis exploiter ce dernier. La conception du site est ainsi articulée pour permettre l’exploitation conjointe par 2 opérateurs distincts, caractéristique inédite pour un site industriel de cette nature.

Impact environnemental et acoustique : deux enjeux majeurs

LISEA attache une très grande importance à ce que le SMR soit exemplaire en matière environnementale et acoustique. Afin d’y parvenir, de nombreux engagements ont d’ores et déjà était pris et pourront être complétés :

Environnement

  • Application de la démarche Éviter, Réduire, Compenser : éviter car la recherche de site adapté au projet a nécessité 3 ans, avec une étude comparative multicritères qui a permis d’identifier le site de Croix-d’Hins ; réduire avec un effort de conception pour condenser le site au maximum (de 18,5 ha à 14 ha) et éviter autant que possible les zones à enjeux écologiques ; enfin compenser avec un programme exemplaire en concertation avec les associations de protection de l’environnement pour être au plus près des enjeux de biodiversité et des besoins spécifiques des espèces et milieux concernés. Ainsi, pour 14 hectares de chênes rouges d’Amérique défrichés, environ 65 hectares supplémentaires seront dédiés à de la compensation environnementale sur des sites situés à proximité immédiate afin de garantir une cohérence écologique (parcelles limitrophes). Ces sites seront renaturés pour les rendre favorables au développement de la faune et de la flore, avec notamment la restauration d’une zone humide sur les 4 ha non aménagés et laissés à la Commune de Marcheprime, sur un foncier constructible qui sera transformé en zone naturelle grâce au projet et bénéficiera ainsi aux riverains de Croix-d’Hins.
  • Inscription volontaire au label Biodivercity qui atteste des actions menées pour garantir la performance en matière de biodiversité, de la phase de conception du projet jusqu’à son exploitation ;
  • Prise en compte des critères de la démarche BDNA (Bâtiment Durable Nouvelle-Aquitaine) en favorisant l’économie circulaire, les matériaux de ré-emploi et les ressources locales ; Dès la phase conception, le choix des équipements industriels vise à fortement limiter l’utilisation des ressources en eau et à réduire la consommation d’énergie (par exemple, la machine à laver des trains aura un taux de recyclage de l’eau de plus de 80%) ;
  • Soin porté à l’intégration paysagère : choix des matériaux privilégiant le bois, végétalisation des toitures, écrans végétaux en limite du site, plantations et aménagements avec plus de 4 ha de plantations, noues et bassins d’infiltration sur les 14 ha du site ;
  • Suivi de la démarche HQE (niveau excellent), qui reconnaît la qualité environnementale du site sur l’ensemble de son cycle de vie.

Accoustique

  • Respect de la réglementation, notamment l’arrêté du 15 novembre 1999 modifiant l’arrêté du 23 janvier 1997 relatif à la limitation des bruits émis dans l’environnement par les installations : limitation de la contribution sonore à 5 dB(a) le jour et 3 dB(a) la nuit.
  • Réalisation de modélisations permettant d’identifier et d’installer les protections les plus adaptées et efficaces selon les sources de bruits.
  • Engagements de LISEA à ne pas dégrader la qualité de vie des riverains avec des protections acoustiques bien dimensionnées avec un traitement paysager cohérent avec le lieu dans lequel s’inscrit le site et pas d’entrée et sortie de trains entre 23h et 4h30 du matin (calqué sur la circulation existante sur la ligne SNCF Réseau).

Une gouvernance concertée

La concertation, le dialogue et la transparence sont également au cœur de la gouvernance du projet de SMR. Trois premières réunions publiques très en amont (organisées entre décembre 2021 et novembre 2022) ont ainsi permis d’informer, de débattre, de faire émerger des champs de réflexion,
notamment sur le besoin de restituer les impacts du projet et les moyens mis en œuvre pour garantir une insertion respectueuse du SMR, et ainsi d’enrichir le projet.

Un cycle de trois réunion d’information sur des thèmes majeurs du projet a également été organisé entre septembre et nov embre 2023.

  • « Chantier, intégration paysagère et aménagement – 21 septembre
  • « Les enjeux environnementaux et acoustiques » – 19 octobre.
  • « Les bénéfices pour Marcheprime et le territoire » – 16 novembre

Ces rencontres ont permis de recueillir les propositions et questions des riverains pour pouvoir au mieux y répondre et chercher les points d’optimisation. Une réunion de restitution, tenue le 10 janvier 2024, a présenté l’intégralité des 50 propositions et questions formulée lors de ce cycle de consultation.

Ce dispositif d’échange sera poursuivi jusqu’à la mise en service du SMR prévue en 2027.

Chiffres clés Projet de SMR

1er

site de maintenance TAGV indépendant en France

14 ha

surface du SMR

65 ha

estimés de mesures compensatoires

2027

année de mise en service

+ 150 M€

d’investissement

Les grands jalons
Du projet de SMR

NOUS CONTACTER

    * Champs obligatoires